Le krach boursier en Suisse, une simple bourde de la banque centrale ?

Chronique GMT de janvier 2015
Encore une fois, si on est plus tout à fait sur l’actualité, je crois qu’il n’est pas inutile de rappeler que des politiques monétaires qui créent la surprise ou instaurent du doute – et c’est bien ce qui s’était produit en Suisse début 2015 – peuvent déclencher des crises boursières immédiates, même lorsqu’elles ne concernent pas le dollar, l’euro ou le yen.

Franc Suisse Pixabay CC0

Suite au krach boursier de janvier 2015, les prix (relativement à l’euro) se sont envolés

À l’heure où j’écris cette chronique un événement majeur s’est déroulé chez un pays voisin. Ce pays en trois mots c’est la montagne, le fromage et les montres, mais aussi le dernier pays d’Europe où il y a des francs. Manon [chroniqueuse et présidente de l’association] doit en avoir marre des clichés sur son pays. Bon là si vous n’avez pas trouvé… mais alors, que s’est-il passé en Suisse ? Les tragiques et récents événements en France ont un peu masqué l’actualité mais la Suisse a subi un krach boursier ! Comme quoi ce n’est pas réservé aux grandes places boursières comme New York, Tokyo, Londres, ou Paris. Continue reading

La dette publique : un problème sans nom ni fin ?

Chronique GMT du 2 février 2015

Nouvelle ancienne chronique. Pourtant celle-ci, qui date de l’arrivée de Syriza au pouvoir en Grèce (lors des élections du 25 janvier 2015), pourrait être reprise aujourd’hui mot pour mot. Pourquoi se poser la question de ce que signifie exactement la dette, le déficit etc dans le contexte de l’actuelle primaire de la droite (et vaguement du centre) ? Parce que les promesses de diminution de 100 milliards des dépenses publiques [Le Monde] concernent tou-te-s les candidat-e-s.

Trésor Public ; wikimédia commons ; CC 0

En 2012, les créanciers acceptaient un taux d’emprunt sur 10 ans négatif pour la France. Le taux pour la Grèce grimpait à 35%

Dans l’actualité la plus brûlante, on entend beaucoup parler d’un réveil des gauches radicales européennes, en citant Syriza, bien sûr, Podemos en Espagne et, parfois peut être un peu vite, Renzi en Italie. C’est surtout l’arrivée au pouvoir du parti très à gauche Syriza qui a fait porter le regard sur le reste des gauches européennes, et il faudrait distinguer les particularités de chaque parti anti-austérité. Mais voilà pour la politique, je me tourne à nouveau vers l’économie pour vous parler aujourd’hui d’une notion là encore partout présente : la dette. Continue reading

La compétitivité hors-prix : une porte de sortie de crise ?

Chronique Ciel Mon Lundi, émission n°5 du 8/12/2014
Oui cette chronique date un peu, aujourd’hui on ne parle plus guère du rapport Gallois, pourtant l’obsession pour la compétitivité demeure dans les discours politiques. Mais la compétitivité comme diminution des coûts de production est-elle la seule qui vaille ?

Circuits - Pexel CC0

La compétitivité n’est pas que la diminution des coûts de production, c’est aussi l’augmentation de la qualité

            Depuis le rapport Gallois, remis le 5 novembre 2012, un mot est sur toutes les langues (parfois de bois) du personnel politique : celui de compétitivité. Il s’agirait d’une qualité de l’entreprise capable de vendre ses produits en plus grande quantité que les autres. En d’autres termes, et on la résume trop souvent à cela, ce serait la capacité à baisser les coûts de production, pour vendre plus en vendant moins cher. Hélas, si on recherche des résultats à court terme, les coûts de production sont réduits aux seuls salaires, au facteur travail. Voici comment s’impose le raccourci plus de compétitivité = un coût du travail plus faible ou une masse salariale moins importante, donc des licenciements. Continue reading